Mais pourquoi une entreprise doit s’engager sur le chemin de la Transition Numérique ?



La Transition Numérique est un sujet qui fait mousser dans certains milieux. Son intérêt n’est plus à démontrer. Toutefois, pourquoi un chef d’entreprise s’y engagerait alors qu’il ne la juge pas forcément nécessaire ? Tout d’abord définissons ce qu’est la Transition Numérique ou plutôt ce qu’elle n’est pas. Et avant toute chose définissons ce qu’est le numérique :

Le numérique est une façon simple de décrire et/ou définir tout ce qui touche à la fois à l’informatique, aux produits et services associés, ainsi que les usages qui en découlent. Des notions comme l’automatisation des tâches, la robotique, l’intelligence artificielle, … en font partie.

La Transition Numérique est un processus qui permet de basculer d’un usage basique de l’outil informatique en tant que telle, à une exploitation, une intégration relativement poussée des produits et services numériques. La Transition Numérique, ce n’est pas informatiser une entreprise ou tout du moins une activité de celle-ci. L’informatique est certes essentielle mais n’est qu’une des composantes du Numérique.

Au passage précisons que la Transition Numérique ne concerne pas que les entreprises et les plus grandes. Elle touche aussi bien individues, que les administrations et collectivités. Même les entreprises du secteur du numérique ou tout du moins des technologies de l’information, sont concernées par la Transition Numérique et doivent s’y engager.





Alors pourquoi faire sa Transition Numérique ?


Tout simplement parce que les autres le font. Qu’elle permet tout du moins sur le papier de développer une offre innovante par exemple, de se démarquer de ses concurrents, de gagner en efficacité, en productivité… Nos concurrents n’attendent pas après-nous, le phénomène est mondial. Engager sa Transition Numérique c’est survivre, ne pas le faire c’est mourir !

Comment engager et faire vivre sa Transition Numérique ?

Tout d’abord la Transition Numérique n’est pas une tâche en soi, mais plutôt un ensemble d’étapes à accomplir en parallèle à la vie, au fonctionnement de l’entreprise.
Il n’y a pas de chemin tout tracé, chaque entreprise doit s’engager dans la Transition Numérique en prenant le sien, qui lui sera propre.
Bien sûr il y a des incontournables, comme la présence sur Internet et les réseaux sociaux par exemple.
Mais la meilleure façon de le faire est également de se faire accompagner par des professionnels. Et aussi de s’inspirer de ce qui a déjà été fait ailleurs.

Ou puis-je trouver des ressources pour engager la Transition Numérique de mon entreprise ?

Il y a eu par le passé des actions en faveur de la promotion de l’informatique et de façon plus général le numérique. C’est ainsi que fut instauré le Passeport Numérique, abandonné au profit du Programme de Transition Numérique , lancé en 2012.

Ce dernier s’appuie sur un maillage de consultants publics et privés réparties sur l’ensemble du territoire national. On peu entre autres trouver, les consultants publics dans les chambres consulaires.

NUM’X est référencé en tant que consultant privé  dans le cadre de ce programme.

Naturellement NUM’X n’est pas la seule entreprise et encore moins la seule TPE du numérique à pouvoir accompagner ses clients sur leurs Transition. Rappelons que 97% des entreprises du numérique on moins de 50 salariés et que plus 90 ont moins de 10 collaborateurs. Qui mieux qu’une TPE de ce secteur est donc en mesure de comprendre les problématiques d’une TPE d’un autre. Notons également que l’annuaire des adhérents de CINOV – IT, qui est le syndicat des entrepreneurs du numérique peut être une source d’inspiration, comme certaines plates-formes mettent en relation futurs clients et prestataires du numérique.

Quelles sont les difficultés liées à la Transition Numérique ?

Il est clair qu’ aujourd’hui le numérique est incontournable que ce soit dans le cadre de relations BtoB ou bien BtoC. On n’imagine plus envoyer aujourd’hui par exemple un devis par courrier. D’ailleurs de plus en plus d’artisans doivent passer ce gap, car leurs clients ou futurs clients, le leur réclament.

Toutefois, tout le monde n’est pas née avec un smartphone ou une tablette dans les mains. L’utilisation des produits et services numériques, même si leur ergonomie à fais énormément de progrès, restent délicates. A tel point que le manque de productivité en entreprise est fortement conséquent comme le mentionne mon confrère Jean-Philippe Déranlot , sur son blog.
Il faut compter ainsi sur une perte annuelle en productivité de plusieurs milliers d’euros, aisément compensable entre autres par la formation. Financée par les OPCA au passage, ce qui rend finalement intéressant et motivant l’investissement. Il est donc certain que la formation aux usages des produits et services numériques est un préalable sans conditions, à un engagement de l’entreprise dans sa Transition Numérique.

Comment financer ma Transition Numérique ?

Le financement de la Transition Numérique d’une entreprise, comme la souligner le CNNum, est une problématique majeure aujourd’hui.
A cela plusieurs raisons auxquelles le fait que la Transition Numérique s’appuie pour beaucoup sur de l’immatériel et tout particulièrement du logiciel. Hors jusqu’à présent les banquiers ne finançait que trop difficilement celui-ci. Car difficilement apprécié et appréciable.
Fort heureusement l’évolution des normes comptables entre autres, devrait permettre un meilleur financement.
L’implication du secteur bancaire et son évolution dans la compréhension des problématiques de financement des TPE devraient améliorer la situation à l’avenir.

Les régions s’impliquent également sur ces sujets et proposent des aides qui permettent au moins de financer en partie la Transition Numérique.

Il ne faut pas croire pour autant que la Transition Numérique coûte forcément cher, voire très cher ! Les coûts des équipements et des services ont fortement baissé ces dernières années. En procédant par étapes, il est possible de le faire sans en appeler à des financements extérieurs.


(source : http://www.pixabay.com)


La Transition Numérique ne se décrète pas, il faut en avoir envie ! Avoir une volonté parfois farouche et souvent à contre-courant. Compte tenu des réticences encore présentes, même si elles s’atténuent.


Le premier concerné est le dirigeant, qui doit embarquer ses équipes sur un bateau, alors que la mer est plutôt difficile ces dernières années. Il lui faut donc appréhender au mieux la Transition Numérique, la comprendre et réfléchir avant de s’y engager. Puis convaincre ses collaborateurs, en s’appuyant sur un véritable plan stratégique. Motiver les troupes passe entre autres par l’amélioration des usages. Ce qui aura différentes incidences aussi bien dans le cadre de l’entreprise , que dans la vie courante du collaborateur.

L’entreprise ne peut toutefois pas assumer seul ce gap de transmission des usages et c’est finalement la collectivité en collaboration avec les filières, qui doit en partie tout du moins assumer et organiser celle-ci.
L’enjeu étant également de former nos jeunes afin d’être opérationnel dans le monde du travail, ce qui ne sera pas sans incidence sur l’enseignement et ses usages liés au numérique !


Article publié le mardi 09 mai 2017 par Frédéric.